Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

PENSEE DU JOUR

Publié le 27 Août 2013 par Dr Oswald KPENGLA-S in PENSEES DU JOUR

Kenneth Goodpaster (1984) définissait l'éthique des affaires comme faisant partie de
l'éthique philosophique.

Il en découlait, pour lui, que l'éthique des affaires peut être considérée à partir de trois points de vue:

(1) l'éthique descriptive: elle décrit les valeurs et obligations morales auxquelles les gens d'affaires ou les organisations du monde des affaires souscrivent, les valeurs et obligations qu'ils acceptent et tentent d'appliquer. Le portrait qui est fait est moralement neutre parce qu'il ne favorise ni ne s'oppose à aucune croyance ou attitude morale qui est décrite;

(2) l'éthique normative: elle implique l'articulation et la défense de principes fondamentaux ou de cadres de référence pour le bien et le mal, la vertu et le vice, tels qu'ils s'appliquent dans le milieu des affaires. Ici, il s'agit de prescrire des valeurs et obligations. L'éthique normative n'est donc pas moralement neutre;

(3) l'éthique analytique (ou méta-éthique): elle traite de questions de sens et de justification, i.e. de l'utilisation du discours moral dans l'environnement du milieu des affaires, du caractère approprié d'appliquer des catégories morales aux acteurs institutionnels (et non uniquement aux individus) et des problèmes que créent les divergences entre sociétés d'un point de vue moral.

Commenter cet article