Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

RUBRIQUE LITTERATURE

Publié le 4 Mai 2013 par Dr Oswald KPENGLA-S in LITTERATURE FRANCOPHONE

Dans cette rubrique "LU POUR VOUS" il vous sera présenté des morceaux que j'ai choisis, pour les avoir lus et aimés. Il s'agira juste de les lire et de les commenter au besoin.

LU POUR VOUS NUMÉRO 1. Si... (de Rudyard K.)

Si...

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cess
er d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un seul mot;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillan
t les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur;
Rêver, mais sans laisser le rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave
et jamais imprudent;
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes escla
ves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling

...........................................................................................................................................

LU POUR VOUS NUMÉRO 2. L'Homme et son Image (Jean de La FONTAINE)

L'Homme et son Image

Un Homme qui s’aimait sans avoir de rivaux

Passait dans son esprit pour le plus beau du monde :

Il accusait toujours les miroirs d’être faux,

Vivant plus que content dans une erreur profonde.

Afin de le guérir, le sort officieux

Présentait partout à ses yeux

Les conseillers muets dont se servent nos dames :

Miroirs dans les logis, miroirs chez les marchands,

Miroirs aux poches des galants,

Miroirs aux ceintures des femmes.

Que fait notre Narcisse ? Il se va confiner

Aux lieux les plus cachés qu’il peut s’imaginer,

N’osant plus des miroirs éprouver l’aventure.

Mais un canal, formé par une source pure,

Se trouve en ces lieux écartés :

Il s’y voit, il se fâche, et ses yeux irrités

Pensent apercevoir une chimère vaine.

Il fait tout ce qu’il peut pour éviter cette eau ;

Mais quoi ? le canal est si beau

Qu’il ne le quitte qu’avec peine.

On voit bien où je veux venir.

Je parle à tous ; et cette erreur extrême

Est un mal que chacun se plaît d’entretenir.

Notre âme, c’est cet Homme amoureux de lui-même ;

Tant de miroirs, ce sont les sottises d’autrui,

Miroirs, de nos défauts les peintres légitimes ;

Et quant au canal, c’est celui

Que chacun sait, le livre des Maximes.

Jean de La FONTAINE

.................................................................................................................................................

LU POUR VOUS NUMÉRO 3. LES VOLEURS ET L’ÂNE (Jean De La FONTAINE)

Les voleurs et l’Âne
Pour un Âne enlevé deux voleurs se battaient :
L’un voulait le garder, l’autre le voulait vendre.
Tandis que coups de poing trottaient,
Et que nos champions songeaient à se défendre,
Arrive un troisième larron
Qui saisit maître Aliboron.
L’Âne, c’est quelquefois une pauvre province :
Les voleurs sont tel ou tel prince,
Comme le Transylvain, le Turc et le Hongrois.
Au lieu de deux, j’en ai rencontré trois :
Il est assez de cette marchandise.
De nul d’eux n’est souvent la province conquise :
Un quart voleur survient, qui les accorde net
En se saisissant du Baudet.

Jean De La FONTAINE

.................................................................................................................................................

LU POUR VOUS NUMÉRO 4. Un sourire (Victor HUGO)

Un sourire !

La gaîté manque au grand roi sans amours ;
La goutte d'eau manque au désert immense.
L'homme est un puits où le vide toujours
Recommence.
Vois ces penseurs que nous divinisons,
Vois ces héros dont les fronts nous dominent,
Noms dont toujours nos sombres horizons
S'illuminent !
Après avoir, comme fait un flambeau,
Ébloui tout de leurs rayons sans nombre,
Ils sont allés chercher dans le tombeau
Un peu d'ombre.
Le ciel, qui sait nos maux et nos douleurs,
Prend en pitié nos jours vains et sonores.
Chaque matin, il baigne de ses pleurs
Nos aurores.
Dieu nous éclaire, à chacun de nos pas,
Sur ce qu'il est et sur ce que nous sommes ;
Une loi sort des choses d'ici-bas,
Et des hommes !
Cette loi sainte, il faut s'y conformer.
Et la voici, toute âme y peut atteindre :
Ne rien haïr, mon enfant ; tout aimer,
Ou tout plaindre !

Victor HUGO
Paris, octobre 1842.

................................................................................................................................................

Commenter cet article

Alain D. 01/06/2013 22:39

Etre le début et la fin, l'infiniment petit et l'infiniment grand, le néant ou le Créateur...

Un bien beau texte qui symbolise les pouvoirs de l'homme; nous égaux malgré nos différences, je crois en l'homme car je crois en Dieu parceque NOUS sommes Dieu.

Oswald 02/06/2013 17:09

Oui
Ton commentaire est tout aussi puissant que le texte lui-même.
C'est ma plus grande source d'inspiration.
Surtout lorsque l'auteur traite le triomphe et la défaite comme deux menteurs.

MESSAN Charles 16/05/2013 20:40

"Rêver mais sans laisser le rêve être ton maître" Impressionnant ces morceaux de "SI" de Rudyard Kipling. L'essence de l'homme demeure une problématique dans la mésure où tout ne lui est pas rose sous le chaud soleil!
salut Docteur! J'espère que vous êtes bien rentré! Svp écrivez moi dans ma boîte électronique car j'ai perdu le votre! Merci et à très bientôt mon Docteur!

Oswald 02/06/2013 17:11

Merci Charles,
J'ai effectué un bon voyage et je t'ai envoyé un mot dans ta boîte.
Chaque instant d'échange que j'ai eu avec vous est une grâce.
Unissons-nous pour une Afrique Nouvelle.