Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

LA CLEF DU DEVELOPPEMENT PERSONNEL DURABLE, ou LA VOCATION DE L’HOMME

Publié le 1 Mai 2013 par Dr Oswald KPENGLA-S in DEVELOPPEMENT PERSONNEL DURABLE (DPD)

LA CLEF DU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL DURABLE, ou LA VOCATION DE L’HOMME

La théorie de développement personnel durable (DPD) qui se trouve au cœur de ce blog, peut être définie comme l’ensemble des mécanismes, des théories et pratiques raisonnés et raisonnables qui permettront à l’être humain de s’épanouir totalement et entièrement, par lui-même, pour lui-même et pour la société[1] afin d’assurer à l’humanité un bien-être à long terme.

- S’épanouir par lui-même, car nul en dehors de l’homme lui-même ne peut réussir l’amélioration de ses conditions propres. L’homme doit donc s’interroger sur lui-même et sur les actes qu’il pose. Toute personne aspire au bonheur. Mais savons nous tous ce qu’est le bonheur est comment l’avoir ? S’il est difficile de définir le bonheur (nous y reviendrons amplement), il est possible tout de même d’esquisser quelques règles pour y accéder. On peut me demander tout de suite comment accéder à une chose qu’on ne peut définir ? C’est bien juste. Mais s’il est vrai que définir le bonheur est difficile à cause de son caractère personnel, fuyant et protéiforme, il faut admettre que tous les hommes en ont une représentation plus ou moins claire sur laquelle il est difficile de les distraire. Donc la quête du bonheur n’est pas une démarche vaine.

- S’épanouir pour lui-même car l’homme améliore ses conditions pour en profiter personnellement. Il n’y a donc pas de bonheur pour le compte d’autrui, ou de bonheur par procuration.

- S’épanouir pour la société car l’homme n’existe que parce qu’il est dans une société, dans un environnement. Le sens de la vie se détermine par référence la communauté dans laquelle se meut l’homme. S’il réussi, il réussi pour la société et s’il échoue la société a échoué. La chaîne que constitue la vie trouve donc son sens dans le bonheur collectif ou partagé. En cherchant à améliorer sa vie l’homme doit tenir compte du milieu dans lequel il se trouve. C’est là seulement que son épanouissement est durable.

Comment accéder à ce bonheur tant recherché par les hommes ?

Je propose une voie simple, qui est de l’essence de la vocation de l’homme, créé à l’image de Dieu.

L’homme doit conduire sa vie autour de la trilogie Prière-Travail-Espérance.

Prier sans cesse et prier toujours. Confier nos œuvres à Dieu afin qu’il les bénisse. Ce n’est point une question de religion. Je ne fais point de théologie. Il s’agit de comprendre que l’homme est la cristallisation de ses pensées profondes. L’homme est ce qu’il pense et non ce qu’il dit. Prier s’est donc penser profondément et positivement ses actes avant d’agir sa pensée et pour voir agir sa pensée. Prier, c’est contempler au plus profond de nous ceux à quoi nous aspirons. En sublimant nos désirs sains et nos pensées positives, nous prions. Quand le matin, avant de sortir du lit, l’ensemble de la journée est conçu et visualisé dans la plénitude, c’est la prière. Quand au déjeuner on pense à la souffrance de ceux qui ont semé le blé du pain avec compassion, on ne gaspille pas le pain, c’est la prière. Quand au coucher le soir, on visualise l’ensemble des activités du jour mourant en projetant celles du jour à naître, c’est prier. Il sera traité en détails de la prière plus tard au risque d’alourdir le message.

Travailler, sans cesse et travailler toujours. Travailler comme si jamais demain ne viendra, car un effort opiniâtre vient toujours à bout de tout. Le corps de l’homme est doté de nombreux systèmes d’autoprotection ou d’autodéfense. Un corps fatigué sait toujours exigé le repos. Il ne faut donc pas obliger le corps à prendre repos s’il ne le veut pas. Il ne faut pas se coucher pour attendre le sommeil. Il faut que le sommeil vous invite au repos. Il s’agit de travailler à créer, maintenir et améliorer tout ce qui concoure au bien en créant les conditions propices pour cela. J’y reviendrai aussi.

Espérer, est logique sinon on aurait travaillé pour rien. Espérer n’est pas attendre passivement. C’est surveiller ; c’est faire comme la bonne dame ayant mis du lait au feu. C’est agir comme le soldat qui en sentinelle veille. Espérer c’est avoir du flair.

Voilà en somme la vocation de l’homme aspirant au bonheur.

Ces trois actions doivent toutes être menées de concert et dans la synchronie la plus parfaite.

Amis lecteurs, vos commentaires seront bienvenus.

[1] La société doit être prise dans son sens le plus large. Elle intègre la communauté des hommes, l’environnement et leurs dépendances connues ou non.

Commenter cet article

cédric k 25/06/2013 11:29

cette trilogie développée est indéniable pour mener une vie pacifique et saine. cependant pour ma part je pense que la prière en particulier a jusqu'ici été toujours le fort des Africains fidèles adeptes des religions. nous devons cesser le bébeïsme spirituel et axé nos supplications vers l'unité et la solidarité. en regardant nos oncles gaulois, ont comprend que ces derniers ont compris que l'on ne doit prier qu'après de multiples efforts et demander au père céleste la force de toujours se battre pour ne pas tomber dans le piège de la dépendance. AIDE TOI ET LE CIEL T'AIDERA

Oswald 16/07/2013 00:25

C'est bien vrai Cédric

cédric k 25/06/2013 10:54

j

Alain D. 01/06/2013 23:06

Prière:
Je ne suis pas pratiquant et cela ne me manque pas. Il y a beaucoup trop de dieux de part le monde alors que c'est sûrement le même partout, il est bien dommage qu'il y ai autant de morts à cause de cela.

Travail:
Je travaille pour vivre parceque j'ai besoin d'argent, je ne vis pas pour travailler. Si mon travail me plait et s'il m'apporte des satisfactions, alors tant mieux. Mais si je gagne une grosse somme d'argent alors je n'hésiterai pas une seconde, je prendrais du bon temps tout de suite!

Espérance:
L'espérance est la base même de l'existence de l'être humain: Je pense donc je suis. Je suis capable de réfléchir, d'analyser, de comprendre, d'aimer, de hair, etc...
Je suis le seul être vivant à savoir que je vais mourir un jour et c'est pour cela que je suis capable d'avoir de l'espèrance; des fois qu'un jour je devienne immortel...

Innocent 03/06/2013 20:39

Bien sûr que les hommes ont tout fait avec le nom de Dieu mais ne peut-on pas établir une relation chaque fois et toutes les fois avec Dieu?
Peut-on le nier?
Dieu ne s'illustre pas à chaque acte que nous posons?
Je me demande s'il existe une autre définition stricte au mot religion?

Oswald 02/06/2013 17:30

Lire à la quatrième ligne du commentaire: Qu'est ce que les hommes n'ont pas encore fait au nom de Dieu???

Oswald 02/06/2013 17:27

Oui c'est bien dommage que tant de gens meurent.
La prière comme je l'ai définie n'a absolument rien à voir avec la religion, tout comme la religion n'a rien à voir avec Dieu.
Qu'est ce que les hommes n'ont pas encore fait au non de Dieu???
Ils tuent, ils volent, ils mentent, ils s'enrichissent salement au nom de Dieu.
Tournons tous nos regards vers Dieu afin qu'il nous inspire.
L'AMOUR du Prochain ou de l'autrui est le seul moyen pour que Dieu se manifeste et se révèle à nous.
La crainte du lendemain serait une bonne source d'inspiration pour l'humilité.