Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

LE TEMPS VU PAR LES JURISTES

Publié le 30 Novembre 2015 par Dr Oswald KPENGLA-S in THEORIE DU DROIT

A toute ma communauté de lecteurs,

Particulièrement,

A mes Maîtres, qui ne cessent de me lire et de m'encourager. Je m'efforcerai d'être à la hauteur de vos attentes, vous qui m'inspirez tant,

A mes collaborateurs,

A mes étudiants, qui m'ont promis de se laisser embraser par les flammes du savoir.

NB

Les auteurs ont des droits qui méritent respect.

Les thèses principales 1) Le temps est une construction sociale, qu’on appelle « temporalisation ». 2) Le droit institue la société ; c’est un ensemble de fictions opératoires qui disent le sens et la valeur de la vie en société. 3) Le lien entre la temporalisation sociale et l’institution juridique du social est réciproque : le droit temporalise le social, et le temps institue le social via le droit. Il n’est possible de « dire le droit » qu’en « donnant le temps ».

« S’il y eut des campagnes qui ont péché par précipitation, que l’on m’en cite une seule qui, habilement conduite, s’éternisa. Jamais il n’est arrivé qu’un pays ait pu tirer profit d’une guerre prolongée »

« L’étude des rapports du temps et du droit privé, menée dans une perspective juridique, consiste à élaborer une théorie générale du temps juridique, c'est-à-dire à définir les caractéristiques et les fonctions de la dimension temporelle juridique. Le temps juridique correspond soit au milieu temporel dans lequel se succèdent les situations juridiques, soit à l’espace temporel qui compose les situations juridiques. Comportant un double aspect, l’un relevant de l’ordre, et l’autre de la durée, le temps juridique est une notion unitaire correspondant à une seule et unique dimension. Le Droit doit construire sa propre dimension temporelle s’il veut atteindre la multitude des finalités qu’il poursuit. L’existence conceptuelle du temps juridique se fonde sur deux principes philosophiques complémentaires : celui de l’autonomie du Droit par rapport aux faits et celui de la soumission du Droit aux faits. L’existence substantielle du temps juridique se fonde sur deux techniques, la chronologie et la chronométrie, c'est-à-dire la science de l’ordre des dates et la science de la mesure de la durée. La justification de l’existence du temps juridique permet alors d’étudier ses caractéristiques, qui ne concernent que l’espace temporel juridique, c'est-à-dire la durée du temps juridique, à l’exclusion du milieu temporel juridique, contenant unique dans lequel les situations juridiques se succèdent selon le même ordre. En revanche, l’espace temporel juridique comporte une pluralité de caractéristiques, l’analyse du droit positif faisant apparaître que la durée du temps juridique peut être illimitée ou limitée, déterminée ou indéterminée. La construction d’une théorie générale du temps juridique permet ainsi d’affiner la connaissance portant sur cette dimension juridique particulière. » Marie Cresp

Jean-Claude Magendie

Commenter cet article