Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

LETTRE OUVERTE AUX PRESIDENTS AFRICAINS

Publié le 29 Décembre 2013 par Dr Oswald KPENGLA-S in PAN-AFRICANISME

L’ISOLEMENT DES DIRIGEANTS AFRICAINS

Savez-vous que les dirigeants Africains sont pour la plupart tristes et malheureux ? Mais si, ils le sont. Ils le sont parce qu’ils vivent dans l’isolement des murs de la puissance incommensurable dont ils se targuent et s’auréolent. Ils vivent dans un monde illusionniste fait de leurs rêves mal nourris et nourris par les rêves flatteurs de courtisans qui courent le long de leur cours pour les caresser dans le sens du poil. Il vivent dans l'écrasement d'un protocole trop protocolaire.

Ils vivent non seulement hors du peuple qui les applaudit, mais aussi hors du groupe de flatteurs qu’ils se constituent et qui les consument. Déjà forts par le nom qu’il est convenu de leur donner, Monsieur le Président pour les uns, la Haute Autorité pour les autres, ils s’entourent de tellement de force que ceux qui sont payés par eux pour leur dire les choses telles qu’elles sont n’y arrivent plus.

Ils sont comparables au clochard qui, installé au bord d’une rue, tête enturbannée avec une toile dorée, noyé dans un boubou scintillant et, paré des plus précieuses pierres, demande main tendue sa pitance, parce que vraiment et sincèrement, il en a besoin. Qui peut croire en cette main tendue et partager avec elle la petite pièce en guise d’aumône ? Chacun connait la réponse.

Excellence Messieurs les Président Africains, vous vivez malgré vous dans l’illusion, dans les rêves. Vous vous contentez presque trop du chant mielleux des corbeaux que vous payez au frais de l’État. Ils sapent votre vision et annihilent votre visibilité. Ces corbeaux ruinent vos projets et vos aspirations les plus justes pour vos pays.

Et tout cela à cause de vous-mêmes. Oui, vous manquez d’humilité. Le pouvoir d’un Président est si fort que déjà tout le monde le craint. Pourquoi en rajouter ?

Messieurs les Présidents, savez-vous que vos collaborateurs ont peur de vous parler ?

Savez-vous qu’ils ont peur de vous dire autre chose que ce que vous voulez entendre ?

Savez-vous qu’ils sont obligés de faire des montages pour vous contenter ?

Messieurs les Présidents Africains, descendez au milieu des vôtres, descendez au milieu de vos collaborateurs, descendez au milieu du peuple ; c’est une injonction de la raison, une recommandation fraternelle, un cri du cœur, et ma part pour le développement de l’AFRIQUE NOUVELLE qui m’est si chère.

Messieurs les Présidents, savez-vous ce que disent de vous vos propres ministres quand ils doivent, presque que comme tout le monde, demandez audience, dans les mêmes conditions que nous, avant de vous voir ? Ou quand ils attendent longtemps le long des longs couloirs avant de vous voir ? Vos propres plus proches collaborateurs vous diront : c’est cela la sécurité ; Mais sachez juste qu’ils vous conditionnent mieux, pour mieux vous mentir.

Messieurs les Présidents Africains, je vous le demande derechef, descendez au milieu des vôtres, descendez au milieu de vos collaborateurs, descendez au milieu du peuple ; c’est une injonction de la raison d’État.

Messieurs les Présidents, avez-vous jamais attendu cette anecdote ? Moi je vous la conte.

Un Président Africain demanda à son cuisinier de lui faire de l’omelette et attendait pour la consommer. L’attente devint longue et presque vaine. Le cuisinier tournait en rond. Un collaborateur extérieur, honnête du Président lui rendit visite, et lui dit sans appel et sans fard : Monsieur le Président, savez-vous qu’il n’y a pas de pain dans votre pays ? La consternation du Président fut grande. Imaginez la suite.

Il manque du pain dans son pays qu’il aime, ce pays à qui il a voué une partie de sa vie, et lui n’a pas été informé. Même le cuisinier le tourne en bourrique au lieu de lui dire la vérité.

Messieurs les Présidents Africains, où vous situez-vous par rapport à cette anecdote ?

C’était ma part de réflexion pour le développement de l’AFRIQUE NOUVELLE.

Merci de faire parvenir ce courrier à mes Chers Présidents Africains sans protocole.

Votre serviteur

Bon dimanche.

Commenter cet article

Dr Oswald K-S 02/05/2014 16:41

Salut cher Juan

Juan Manuel SANTOS 02/05/2014 14:57

Ils liront pas, ils n'ont le temps pour ces choses là, mais par courrier ordinaire, OUI

Edwige 01/03/2014 00:09

esperont qu'ils lisent et qu'ils prennent conscience.

Dr Oswald K-S 01/03/2014 05:41

On considère qu'ils sont avertis.

Merci pour vos commentaires qui sont toujours bienvenus.

Modeste 29/12/2013 12:56

Pourvu qu'ils en lisent. C'est bien dire pour nous la génération montante!

Dr Oswald K-S 29/12/2013 14:39

Merci